Accueil Ressources Humaines4 incontournables pour mettre à l’épreuve vos connaissances en ressources humaines

4 incontournables pour mettre à l’épreuve vos connaissances en ressources humaines

François Wagner est chargé de cours dans la formation au brevet de spécialiste RH du CRQP depuis une dizaine d’années. Sa mission ? Aider les professionnels des ressources humaines à obtenir leur diplôme mais surtout à passer un palier d’expertise dans leur métier. Nous lui avons demandé quels critères attestaient selon lui d’une compétence avancée en matière de RH. Sa réponse tient en un mot : la technicité. Démonstration.

1. Décrypter un certificat de prévoyance
Le certificat de prévoyance est envoyé chaque année à tous les suisses. Si pour le commun des mortels ce document reste un mystère insondable, en tant que responsable RH, il est nécessaire d’en maîtriser les subtilités. Evidemment, on ne vous demande pas de réaliser des calculs de retraite. Mais pour évoluer avec aisance dans votre métier, il est nécessaire de connaître en profondeur le fonctionnement de l’assurance-vieillesse et survivants (AVS) en Suisse. Quel montant de cotisation correspond au premier pilier ? Quel montant relève de la prévoyance professionnelle ? Dans quels cas vaut-il mieux toucher son capital en une seule fois ? Autant de questions aux sujets desquelles vous serez amené à échanger avec les salariés. Et parce qu’on ne plaisante pas avec la retraite, il vaut mieux être bien préparé.

2. Favoriser le retour à l’emploi
Recruter n’est pas chose aisée. Surtout lorsque l’on cherche un candidat prêt à travailler à mi-temps. Imaginez qu’une personne sans emploi se présente dans votre entreprise. Alors que vous lui proposez un emploi à temps partiel, vous voyez qu’elle hésite : elle recherche un emploi à temps complet. Savez-vous expliquer à une personne au chômage pourquoi il est plus intéressant financièrement de se faire embaucher plutôt que de percevoir des indemnités ? Ce dispositif attractif s’appelle le gain intermédiaire. En maîtriser le calcul s’avère particulièrement utile pour encourager les candidats à l’emploi.

3. Faire tomber les préjugés sur l’invalidité
Le mot « invalidité », effraie encore beaucoup les entreprises. Y compris les professionnels des ressources humaines. « On imagine aussitôt des candidats qui se déplacent en fauteuil roulant ou qui souffrent de lourds problèmes psychiques » explique François Wagner. Bien sûr, ces personnes peuvent elles aussi accéder au travail. Mais la réalité de l’invalidité est très éloignée de ces représentations. En Suisse, si un boulanger devient allergique à la farine, il est considéré comme invalide. L’invalidité se rapporte à son métier, et pas à sa capacité à travailler. Car bien sûr, ce boulanger est capable d’exercer bien d’autres métiers. « C’est le rôle des fonctions RH de déconstruire ces préjugés » défend François Wagner. Le système apporte son soutien aux entreprises qui embauchent des personnes invalides. Mais il en va de la responsabilité des professionnels des RH de s’en saisir. Pour mettre le pied à l’étrier des personnes en reconversion forcée. Et parce qu’elles ont en retour beaucoup à offrir.

4. Maîtriser la perte de gain pour cause de maladie
En Suisse, l’incapacité de travail, qui se traduit par une perte de gain, est assurée par l’intermédiaire de l’employeur. L’assurance perte de gain en cas de maladie fait exception puisqu’elle reste une option laissée à la libre appréciation de l’employeur. Ils sont d’ailleurs près de 40% à n’offrir aucun dispositif de protection sous forme d’assurance aux salariés contraints de s’arrêter de travailler à la suite d’une maladie. Quelle que soit la situation de votre entreprise, votre rôle consiste à lever toute ambiguïté vis-à-vis des salariés. D’ailleurs, la loi vous y oblige. Le Tribunal fédéral a ainsi condamné en 2010 une entreprise à verser 48 000 francs suisses à un ancien employé qui n’avait pas été suffisamment informé de son droit à maintenir à titre personnel une assurance perte de gain pour maladie.

François Wagner l’admet lui-même, le droit de l’assurance est un sujet particulièrement complexe en Suisse. Raison pour laquelle les salariés sont si peu informés sur leurs droits. Pour y remédier, il compte avant tout sur la volonté des responsables RH de développer leur expertise et leur sens de la pédagogie. Objectif ? Devenir des prescripteurs capables de conseiller l’ensemble des collaborateurs.

Découvrez la formation:

Spécialiste en Ressources Humaines